Rebond des marchés et baisse de l’or ? Oui

Cher investisseur,

L’or est monté à 1 129 euros l’once et 1 629 $ l’once.
L’argent est remonté à 41,55 $…
Les marchés baissent.

*** Aux Etats-Unis, la “farce grotesque” se poursuit au sein du Congrès américain. Ils iront jusqu’au bout. C’est une guerre autant psychologique que politique.

Maintenant, je vous pose une question
Pensez-vous un instant que les députés prendront le risque de faire perdre leur triple A aux Etats-Unis ? D’arrêter du jour au lendemain le paiement des fonctionnaires et des retraités ? De créer un krach financier planétaire et de plonger l’économie pour de bon cette fois, dans la Grande Dépression ?

Non, je n’y crois pas
L’homme est un animal stupide, mais à quelques exceptions près (ce Norvégien en est un), il n’a pas de penchant naturel à l’auto-destruction. Au contraire, il penche naturellement à la conservation de ses privilèges acquis. Pour une fois, ça pourrait nous sauver !

Mon avis est donc qu’ils lâcheront prise. Le jour J. Quand le dernier grain de sable aura passé le goulot d’étranglement du sablier et que le jeu affichera GAME OVER.

Personne ne veut porter la responsabilité d’un cataclysme économico-financier.

*** Tout ça pour dire qu’un semblant d’accord obtenu en dernière minute, à l’arrachée, pourrait faire rebondir fortement les marchés, déjà hautement volatils.

Ponctuellement bien sûr. Car les problèmes de fond (à savoir “payer sa dette”) subsistent.

L’or devrait alors mécaniquement refluer. Ponctuellement bien sûr. Et ce sera alors une opportunité de renforcer.

*** Marc Faber, le rédacteur mondialement connu de The Gloom, Boom & Doom report donnait récemment une interview dans laquelle il expliquait quelque chose de très intéressant :

Il a comparé le cours moyen de l’or dans les années 80 à la masse monétaire et à la dette américaine de l’époque.

Puis il a rapproché ce même trio, mais pour la période actuelle.

Sa conclusion est sans appel :
Etant donné les niveaux de masse monétaire et de dette actuels, le cours de l’or n’a pas progressé du tout (en valeur relative bien sûr). Au contraire, il aurait même baissé par rapport à ce qu’il était dans les années 80 !

Il en conclut que l’or est aujourd’hui très peu cher, étant donné la situation macro-économique actuelle.

*** En attendant, on manque d’argent
Je vous disais dans mon dernier Edito que le Fonds de stabilité européen n’aura pas assez d’argent pour faire face à la montée en puissance de la dette européenne.

Christine Lagarde tirait hier la même sonnette d’alarme au FMI : il n’aura pas les moyens de faire face longtemps à la montée en puissance de la crise de la dette. Il faudra “renflouer” les caisses d’une façon ou d’une autre.

De part et d’autre de l’Atlantique, les caisses sont vides. Les besoins en aide vont croître. Jamais la création “ex-nihilo” d’argent frais à coup de planche à billets ne deviendra aussi tentante… Gardez votre or physique si vous en avez.

Author Image for Isabelle Mouilleseaux

Isabelle Mouilleseaux

Isabelle Mouilleseaux travaille aux Publications Agora. Passionnée depuis toujours par les marchés financiers, elle investit notamment dans les mines et sur le marché options US et connaît bien le marché des matières premières, ayant longtemps rédigé l'Edito Matières Premières.  

Vous trouverez ses articles sur les sites Protection & Rendements, Agora Formation et La Quotidienne de la Croissance.

2 Commentaires
Laissez un commentaire »

  1. LE CAC 40 A CONNU SES 12 SEANCES DE BAISSE DU JAMAIS VU !
    SOMMES-NOUS ENTRES DANS L’ERE DE LA VALEUR REFUGE ?
    APRÈS L’OR, LA PIERRE PRÉCIEUSE.
    SERA-T-ELLE LE NOUVEL INVESTISSEMENT DE DEMAIN ?

    L’investissement dans la pierre précieuse constitue-t-il un placement financier judicieux et promu à un bel avenir ? Sans doute
    L’or comme valeur Refuge connaît ces derniers temps une hausse vertigineuse. Décrié en 2003 pour sa faible cotation, le Napoléon 20 F Or (à l’époque à 60 euros) a connu ces dernieres semaines une côte de 286 euros. Et ce n’est pas fini. Certains pensent qu’il atteindra les 1000€ !
    Pourquoi la pierre précieuse risque-t-elle à son tour de connaître une hausse similaire aussi vertigineuse, une véritable flambée ?
    Un système financier mondial en pleine crise économique; “Une crise d’endettement sans précedent qui s’allonge comme une vague immense, un tsunami”, plusieurs pays au bord de la ruine (la Grèce comme dernier exemple), l’Amérique pratiquement en cessation de paiement (à cet égard l’État du Minnesota est actuellement en faillite), le pessimisme qui plombe les places boursières, la crainte que les entreprises diminuent leur chiffre d’affaires et que les Etats soient obligés eux aussi de faire des économies drastiques; qu’ils ne puissent rembourser leurs dettes. Le stress s’installe en plein mois d’août 2011 sur les marchés: l’or s’envole et bat des records…Nous voilà rentrés dans L’ère de la valeur refuge.
    >
    > Les pays producteurs de pierres précieuses (de première et de seconde qualité) comme La Birmanie, l’inde, le Mozambique, le Ceylan, la Colombie, le Brésil, la Russie respectent les règles internationales fixées par l’O.N.U en matière de ventes. La pierre précieuse constitue pour ces Etats une ressource essentielle à leur développement mais aussi un capital de sauvegarde pour leurs investisseurs.
    Dans la catégorie des pierres précieuses d’investissement, il y a : le diamant, l’émeraude, le rubis, le saphir. Dans la catégorie des “semi-précieuses” : le grenat, le péridot, l’améthyste , la citrine , l’aigue-marine, la topaze, la tourmaline la perle de culture… Ce sont les plus connues, les plus courantes et parmi les plus recherchées. Elles font l’objet de véritables spéculations. En cas de faillite économique mondiale, elles permettent aux investisseurs de sécuriser leurs avoirs financiers.
    Si depuis la nuit des temps les gemmes sont recherchées pour leur beauté, leur rareté ou leur pouvoir, elles ont toujours représenté, parallèlement, un investissement pécuniaire de premier plan. Mais qui en possède vraiment à notre époque ! Les adeptes de “la richesse diversifiée “…Les grandes fortunes actuelles n’ont pas dérogé à cette règle multimillénaire. Aujourd’hui, il est à remarquer que le particulier commence à s’y intéresser depuis plus de deux ans car on note une progression constante des achats des petits porteurs.
    Leur acquisition se fait auprès de certains établissements financiers et organismes spécialisés mais également auprès des professionnels du secteur respectueux du rapport qualité-prix. Il est évident que la pierre précieuse bénéficie d’un attrait économique ciblé, surtout à l’heure actuelle, période où les taux d’intérêt sont faibles et où le marché boursier est en baisse. Les pierres précieuses sont très faciles à transporter, faciles à stocker, elles maintiennent leur valeur monétaire sur le plan international en raison même de leur nature intrinsèque.
    La production devient de plus en plus limitée et rare du fait que de nombreuses mines ont été totalement exploitées. Certains gisements n’existent plus. Les pierres précieuses ne seront pas seulement rares mais vont devenir quasiment introuvables sur les marchés de la vente. Elles deviendront alors des monnaies de change (ou d’échanges ?)Les États producteurs pourront-ils toujours vendre cette richesse ? Il n’est pas surprenant de constater aujourd’hui que les prix sont régulièrement révisés à la hausse.
    Certes, aujourd’hui la pierre précieuse de première qualité a fortement augmentée sur les places boursières (cadre spéculatif des grands financiers) mais qu’en est-il exactement pour les pierres de seconde qualité ?
    Il y a encore deux ans, leur prix était moindre mais on assiste depuis peu à une hausse non négligeable. Il semblerait même que leur avenir soit plus prometteur que celui des pierres de premières qualités. Pourquoi ?
    Parce l’endettement des Nations se fait chaque jour plus critique (dettes astronomiques, paupérisation des peuples). Pensez-vous que l’or des peuples suffira à éponger les dettes inouïes contractées par les Etats ? Personnellement, je ne le pense pas. Comme l’or, les pierres précieuses vont devenir refuge, une autre richesse des peuples. Une pierre de seconde qualité n’est pas trop chère, est facilement revendable à un cours raisonnable. A moyen terme, elle se valorisera également et sera une monnaie de transaction rapide, sûre, efficace, monnayable en cas de grave crise sociale. Le petit investisseur doit saisir l’occasion de réaliser de bons investissements tant qu’il en est encore temps. Investir dans les gemmes quand celles-ci restent abordables peut devenir un placement intéressant. Une véritable opportunité d’investissement.
    > Sachez négocier vos achats avec l’aide de vrais professionnels bien avisés. Surtout, comparez les prix selon vos critères de choix : sélection, rapport qualité-prix. N’hésitez pas à allez sur certaines plateformes marchandes internet et pour cela, négocier activement,, vérifier l’évaluation des vendeurs donnée par les acheteurs : cela ne ment pas. Vous verrez vous-mêmes s’ils sont compétents ou non. Bon courage.

  2. Je confirme votre article sur les pierres précieuses à savoir que le billet ” Dollars et Euro” est décliné face à la planche à billet qui n’a que trop fonctionné .Les Monnaies à brèves échéances sont mortes. Une banqueroute internationale s’organise et se prépare dans un avenir très proche. La valeur refuge de l’or pour les épargnants et déjà trop tard car déjà promise aux plus grands de ce monde, il est certain que la pierre précieuse reste la seule alternative et va à son tour connaitre prochainement des envolées vertigineuses jamais atteint voir du 300%, confirmation dans peu de temps.

Laissez un commentaire

En soumettant votre commentaire, vous acceptez de respecter notre politique de commentaires.