Les résultats de mes 12 prédictions de 2016

Rédigé le 3 janvier 2017 par | Macro éco et perspectives Imprimer

En janvier, j’aime faire quelques prédictions concernant la nouvelle année. Vous pouvez d’ailleurs retrouver celles de l’année dernière ici.

Un an après, c’est l’heure des résultats.

On sort le stylo rouge, on regarde ce qui a été dit, et on accorde une note…

C’est aujourd’hui le grand jour : nous allons juger mes prédictions de 2016.

Vous reprendrez bien quelques couleuvres ?

Certaines fois, j’ai raison, d’autres j’ai totalement tort… Certaines années, je suis si fier de mon score que j’ai du mal à croire que le FMI ou la Banque d’Angleterre ne m’aient pas encore offert un pont d’or. D’autres sont une belle leçon d’humilité.

Cette année, c’est un mélange des deux.

Avant de condamner mes grosses erreurs, cher lecteur, permettez-moi quand même d’observer, si vous le voulez bien, pendant que j’avale une petite assiette de couleuvres, que les événements paraissent toujours nettement plus évidents quand on les observe dans le rétroviseur. Au moins, nous admettons quand nous nous trompons, contrairement à d’autres Monsieur Météo économiques que je ne citerai pas…

Un petit rappel concernant le système de notation : j’obtiens deux points pour une réussite, un point pour une quasi-réussite, zéro pour un échec et moins un pour un gros ratage.

Avant que nous ne commencions à attribuer des notes, voici les prévisions générales que j’avais faites pour l’année :

D’une part, les marchés allaient avoir du mal à trouver une orientation claire pendant la première partie de l’année, ce qui a bien été le cas.

D’autre part – et cela paraît assez évident quand on regarde en arrière – je pensais que l’un des grands thèmes qui se poursuivraient cette année serait celui de la révolution économique provoquée par les nouvelles technologies. Les véhicules sans conducteurs, par exemple, arrivent « plus tôt que ce que l’on attendait »… et cela semble bien être le cas.

Dans le Colorado, Otto, une entreprise de voitures sans pilotes aujourd’hui propriété d’Uber a transporté 50 000 canettes de bière sur près de 200 km entre Loveland et Colorado Springs. Uber, Tesla et Google cars testent aujourd’hui leurs véhicules dans les rues des Etats-Unis, Apple, comme nous l’avons vu, fait des progrès dans ce domaine, et ici-même au Royaume-Uni, des pods Lutz peuvent, occasionnellement, être aperçu dans Milton Keynes. A Singapour, les premiers taxis sans chauffeurs ont fait leur apparition.

Troisièmement – et je cite ici l’un de mes propres textes – :

Le courant peut-être le plus important qui influencera 2016 sera le mécontentement croissant du public concernant la classe politique. L’insatisfaction même qui a donné naissance à des figures antisystèmes comme Nigel Farage, Jeremy Corbyn, Donald Trump et Beppe Grillo se renforcera, au moment où deux grandes questions seront posées aux électeurs – sur le Brexit et sur le prochain gouvernement des Etats-Unis.

Les crises migratoires persistantes en Europe ainsi que les attaques terroristes ne feront qu’ajouter à cette insatisfaction. Nous pourrions entrer dans une période de grands bouleversements politiques. L’exception ici, le prochain « cygne noir », pourrait être une forme ou une autre de crise de la dette souveraine. Les obligations gouvernementales sont le prochain big short.

Dommage que nous n’en soyons pas encore à l’attribution des notes : je pourrais me donner quelques points bonus. En plus des bouleversements politiques que nous connaissons tous, il semblerait que 2016 ait effectivement été l’année où la cote des obligations souveraine a commencé à baisser, après environ 35 ans de marché haussier.

Mais passons maintenant aux points spécifiques.

L’or : 1 point

J’avais prédit que nous verrions « l’or à environ 1 200 et environ 900 dollars de l’once ». En réalité, 1 060 dollars a été le point le plus bas, le premier janvier. L’or n’a pas atteint les 900 dollars. Mais il a passé la majeure partie de l’année autour des 1 200 dollars. En réalité, son prix moyen a été de 1 250 dollars. Je m’accorde donc un point. Tout juste.

Les minières d’or : 2 points

« Les minières d’or feront mieux que l’or, ce que nous n’avons pas vu depuis 2010 » était ma prédiction, et je ne me suis pas trompé. Cela étant dit, les performances sont décevantes depuis le mois d’août, même si elles sont toujours bonnes sur l’année entière. Deux points.
[NDLR : Les meilleures minières pour surperformer l’or tout comme les marchés actions sont à retrouver, sélectionnées pour vous, dans Crise, Or & Opportunités]

Le pétrole : 1 point

50 dollars le baril serait le point le plus haut, nous pourrions frôler les 20 dollars, mais le cours tournerait autour des 30 dollars pendant la majeure partie de l’année – c’était ma prédiction. Que s’est-il passé ? 53 dollars a été le cours le plus haut, 26 dollars le plus bas, mais nous avons passé la majeure partie de l’année autour des 40 dollars. Un point.

Le FTSE 100 : 1 point

Ma prédiction : le plus bas à 5 300/5 500, le plus haut à 6 500/6 800. Je ne me suis pas trompé sur le premier, mais le point le plus haut a été de 7 100 points. Presque juste, mais pas tout à fait. Un point.

Le S&P 500 : 0 point

J’avais prédit un sommet à 2 100 et le point le plus bas à 1 700 – j’ai été trop pessimiste. 1 800 a été le point le plus bas, mais la reprise post-Trump nous a fait grimper jusqu’à 2 270. Pas de point.

Les taux d’intérêts : 2 points

Souvenez-vous du début de 2016 : les prévisions officielles affirmaient que la Fed allait augmenter les taux d’intérêts trois fois aux Etats-Unis. Je n’étais pas d’accord : j’ai dit que nous pourrions voir « une nouvelle augmentation de 0,25% aux Etats-Unis, voire même de 0,5%, » mais aucune en Grande-Bretagne. Nous avons vu une augmentation de 0,25% aux Etats-Unis et une baisse en Grande-Bretagne. Je trouve que j’ai mérité mes deux points.

La livre sterling : -1 point

J’avais prédit un sommet à 1,54 dollar, et un point bas « si les gens s’enthousiasment vraiment pour le Brexit » à « 1,42 ou plus bas encore ». Le point le plus haut a été de 1,51 dollar (on ne sera pas passé loin) et je me suis totalement trompé sur le point le plus bas (à 1,18 dollar) : je m’inflige donc à moi-même un retrait d’un point pour ratage total.

Le Bitcoin : 1 point

J’avais prédit que ce serait l’une des « bonnes performances surprises » cette année. Qu’il était « bien là, et n’avait pas l’intention de disparaître ». Le point le plus bas serait de 350 dollars par bitcoin, le plus haut de plus de 500 dollars. En réalité, le point le plus bas a été de 399 dollars, et le plus haut de 790. L’orientation était la bonne, mais pas les points spécifiques. Un seul point suffira.

Le marché immobilier : 2 points

Je pensais que le prix de l’immobilier au Royaume-Uni augmenterait dans tout le pays de 5% environ, mais que la situation à Londres serait « plus diversifiée. L’atrophie se poursuit au sommet. L’implosion des nouvelles constructions accélère le mouvement. Les maisons de famille et en zones deux et plus font mieux que les belles demeures du centre, et de loin ». Selon Halifax, le prix de l’immobilier a augmenté de 5,2% ; selon Nationwide, de 4,4%. Londres a bien connu les performances prévues. Deux points.

Dollar contre Euro : 1 point

J’avais prévu un euro fort par rapport au dollar, entre 1,17 et 1,20 euro, alors qu’à l’autre extrémité du spectre, le dollar et l’euro seraient à quasi-parité. Le point le plus élevé atteint a été de 1,15 euro – juste à deux centimes près – et nous avons atteint 1,03 euro fin décembre. Pas de parité en 2016 donc nous allons nous contenter d’un seul point.

Référendum sur la sortie de l’U.E. : 1 point

Cette prédiction était en deux volets. Tout d’abord, son intensité « fait pâlir celle de toutes les élections générales de la période récente, y compris celle de Tony Blair en 1997. » J’avais raison. Deuxièmement : « il se passe quelque chose d’étrange. Soit David Cameron repousse le vote à 2017, soit nous votons pour quitter l’UE, mais la sortie est ratée, et nous finissons par y rester. » De quoi vous inquiéter ?

Je me donne tout de même un seul point, parce que, pour être honnête, je pensais que le vote contre allait l’emporter.

La présidentielle aux Etats-Unis : 1 point

Je pensais timidement qu’Hillary Clinton allait l’emporter, mas j’ai également dit : « Le souci avec (…) Hillary est qu’elle est 100% establishment. Et c’est précisément ce qui agace tant de gens aujourd’hui. Le mécontentement politique est de plus en plus grave, et sera sans doute l’un des grands courants, sinon le principal courant qui animera 2016. » J’ai eu raison dans l’idée, mais tort sur le résultat. Puis-je m’accorder un point ? Allez.

Sur un score maximal de 24 et minimal de -12, mon score est de 12… et j’ai été plutôt gentil.

Il est intéressant de voir comment évoluent l’atmosphère et ce que l’on en dit sur une année. Je trouve que regarder où j’en étais il y a un an est un exercice intéressant – ne serait-ce que pour me rappeler à quel point les choses peuvent changer du tout au tout extrêmement rapidement.

Dans les jours qui viennent, je vous présenterai mes 12 prédictions pour 2017. En espérant en tout cas que l’exercice vous amuse et vous intéresse.

Dominic Frisby

Mots clé : - - - -

Un commentaire pour “Les résultats de mes 12 prédictions de 2016”

  1. Bravo pour la note et surtout un grand BRAVO pour l’objectivité et le COURAGE. Si tout etait ainsi dans la sphère economique et politique. Voeu pieux? – Andriamanga

Laissez un commentaire